Serafini : les sneakers basses au look de dandy

En 1885, dans un petit village d'Italie, un homme marche vers son destin. Après une vie de bohème, Fabrizio Serafini est de retour dans sa Toscane natale. Originaire d'Arezzo, une commune au charme bucolique, il a vécu son existence avec passion. Tantôt sportif, tantôt créateur de mode, l'Italien est un esthète qui se délecte du beau. De ses expériences, il a gardé une envie : développer des basket habillé femme qui laissent – vraiment – libre de ses mouvements. Nous sommes en 1885 et, après des voyages palpitants, Fabrizio est prêt. Il est temps pour lui de créer les toutes premières baskets Serafini.
serafini sneakers femme torino bia-clothes vetements femme chic made in italie

Serafini, une histoire de famille

Il y a un élément qui se doit d’être précisé : même si les baskets pour femme de l’enseigne ont connu le succès avec Fabrizio, il n’en est pas le fondateur. Bien avant lui, son arrière-arrière-grand-père s’était déjà spécialisé dans la confection de souliers. Cordonnier aux doigts de fée, cet homme, Giuseppe Serafini, maniait le cuir comme personne.

1885 : celui qui a écrit les premières lignes…

Alors que le Risorgimento vient juste de s’achever, l’Italie cherche à développer sa propre identité. Fiers de leurs racines, les habitants se versent à corps perdu dans les arts et les techniques manuelles.

C’est ce vent de renouveau qui pousse Giuseppe S. à créer son atelier de cordonnerie. Natif de Castiglion Fiorentino, dans la province d’Arezzo, l’homme redéfinit les souliers de l’époque. Avant-gardiste, il apporte un côté plus extravagant mais toujours distingué.

Très vite, le succès est au rendez-vous. Alors même que le concept de basket habillé femme est encore inconnu, Serafini commence à se faire un nom.

1921 : les débuts de l’industrialisation

En 1921, Orlando, le fils de Giuseppe, reprend l’affaire familiale.

Désireux de conserver l’âme de l’entreprise, il décide de garder la production faite-main. Eh oui… Même si les machines sont rapides, il y a des détails qui ne peuvent être parfaitement réalisés que par les Hommes. Pour Orlando, il ne fait aucun doute que le chamois doit continuer à être travaillé à la main.

Cependant, le nouveau dirigeant a conscience des réalités de son temps. C’est pourquoi, afin d’éviter la banqueroute, il revoit la chaîne de production.

1932 : l’esprit de Serafini

C’est en 1932 que l’atelier dévoile officiellement le “Serafini Calzaturificio”. En français, “Calzaturificio” pourrait être traduit par “usine à chaussures”. De prime abord, cela peut sembler incongru… Cela fait 47 ans que les toscans réalisent des souliers, pourquoi l’inclure dans leur nom seulement maintenant ? La réponse est plus complexe qu’il n’y paraît.

En 1932, l’entreprise connaît un autre bouleversement. De nouvelles machines font leur entrée dans les ateliers. Cependant, très attachés à la tradition italienne, les décisionnaires s’assurent que ces dernières ne remplacent pas les Hommes.

Avec ce changement de nom, Serafini se positionne comme un artisan associant habilement us anciens et modernité.

1950 : les premiers pas à l’international

Désormais, c’est le petit-fils du fondateur qui dirige l’activité. Dénommé Giuseppe Junior Serafini, ce dernier rêve grand. Pour lui, les sneakers femme luxe italiennes ont le potentiel nécessaire pour conquérir le monde. C’est ainsi qu’il décide d’étendre le réseau de distribution de la compagnie.

Très rapidement, le temps lui donne raison. Ses sneakers tendance femme se retrouvent en Russie, en Chine, au Japon et dans toute l’Europe. Serafini est lentement mais sûrement en train de s’imposer comme un ténor de la maroquinerie.

1997 : le feu follet de la sneaker

C’est près de 100 ans après la création de Serafini que notre premier protagoniste (Fabrizio) entre en scène. Représentant la 4e génération des cordonniers, il a soif de renouveau. Ayant eu l’opportunité de découvrir le monde, il sent que la mode est sur le point de changer.

Féru de tennis, il décide de reprendre quelques codes de ses baskets dans ses créations. C’est ainsi que le cuir se fait plus fin et les lanières plus souples. Son objectif est de mettre sur pied une basket tendance avec laquelle les demoiselles peuvent courir ou sortir entre amies.

Au début, son équipe est sceptique. Mais de fil en aiguille, elle se laisse séduire par la nouvelle direction de Serafini femme. En foi de quoi, en 1985, l’enseigne dévoile ses nouvelles chaussures femmes. La presse comme les acheteuses en deviennent complétement friandes.

2003 : le FLAT

Avez-vous des connaissances dans la langue de Shakespeare ? Dans ce cas, vous savez sûrement que “flat” signifie “plat”. Quel meilleur terme aurait pu être utilisé pour désigner les baskets basses Serafini.

Inspirés de l’esthétique des années 70, ces sneakers femmes fashion sont rapidement devenues le symbole de Serafini. Élégantes, confortables et faites en chamois, ces sneakers pour femme tendance font encore des émules.

2012 : 80 ans au service de la sneaker

En 2012, Serafini célèbre les 80 ans de sa “ Calzaturificio“. Pour les artisans, cet anniversaire est l’occasion de revenir sur le chemin parcouru depuis les premiers souliers de Giuseppe. À cette occasion, la firme dévoile une ligne Serafini homme et une basket habillé pour femme unique.

Cette célébration est aussi l’occasion pour la firme de rêver plus grand. Pour Fabrizio et son équipe, hors de question de s’arrêter en si bon chemin.

2015 : les 10 ans de Flat

Il y a 10 ans, peu avant le lancement de Flat, nombreux étaient ceux à douter du potentiel économique de ces baskets basses Serafini. Et pourtant, durant 10 ans, ces sneakers ont fait le bonheur des “shoe addicts”. En hommage à ces sneakers, Serafini lancera “Gold flat”, une chaussure au design typique des années 80/90. Avec sa semelle en caoutchouc, cette chaussure est à la fois vintage et fashion.

2017 : l’heure du renouveau

Il est temps de faire peau neuve.

En 2017, Serafini décide de revoir son positionnement de marque. Désormais, l’enseigne entend faire preuve de plus d’audace et de plus de punch. Pour marquer le coup, le site serafinishop.com connaît une refonte complète et le logo est retravaillé.

En parallèle, les lignes Serafini homme et Serafini femme accueillent d’autres modèles.

2019 : une entreprise tentaculaire

Serafini n’est plus uniquement un atelier de fabrication artisanale de sneakers en cuir.

En 2018, le modèle Oregon a connu un succès foudroyant. Forts de ce succès, les designers de l’atelier italien ont décidé de se concentrer sur des nouveautés mi-saisons. Il s’agit par exemple de sneakers en édition limitée ou de capsules collections.

Actuellement, l’un des modèles de la marque qui fait couler beaucoup d’encre est la Serafini Malibu. Inspirées par le climat ensoleillé de la côte américaine, ces chaussures de sport comportent une languette dorée, une doublure en chamois blanc et des lacets en polyester. Fait à la main, son talon a une épaisseur allant de un à 4,5 cm.

Est-ce que vous aimez les baskets ? Vous serez heureuse d’apprendre que la Malibu existe en version pailletée, pour un look disco, et en Pink, pour une allure girly.

Il faut savoir qu’en plus de ces chaussures femmes, l’enseigne italienne a étendu son inventaire. Désormais, elle produit aussi des casquettes, des t-shirts, des sweats et bien plus. Pour mettre en avant sa gamme de produits dérivés, elle a développé un slogan pour le moins accrocheur : “c’est Serafini mais ce n’est pas sneakers”.

En plus de ces nouvelles collections, la marque devient de plus en plus responsable. Une attention particulière est accordée aussi bien aux matériaux de la boîte qu’aux conditions d’expédition. Et avec la ligne Green, les italiens vont jusqu’à proposer des bouteilles d’eau recyclables, des shopping bags et d’autres accessoires écologiques.

Sneakers Serafini

  • Chaussures Serafini
  • Toutes nos chaussures

Quels sont les sneakers femme luxe incontournables de la firme ?

Face au nombre impressionnant de baskets pour femmes, il peut être difficile de prendre une décision. Pour les amoureuses des baskets, toutes les sneakers femme tendance valent le coup d’être achetées. Néanmoins, étant donné que votre budget n’est pas illimité, impossible de toutes les glisser dans votre panier.

En cas de doutes, optez pour l’un de ces trois modèles de sneakers pour femmes. Intemporels, ils vous donneront un look chic et décontracté.

La Malibu

Plus haut, une mention a déjà été faite à ces baskets pour femme. Ode à la ville mythique américaine, ces sneakers pour femme tendance se démarquent par l’épaisseur semelle. Haute de 4,5 cm, cette dernière vous donnera l’impression de flotter sur un petit nuage.

Pour un look aux effluves vintages, craquez pour ces chaussures pour femmes.

La San Diego

Et voici une Serafini femme dont vous ne pouvez vous passer.

Composée de chamois blanc et doré, cette basket habillé femme se démarque par une texture en daim et en léopard. Au toucher, le tissu est doux et particulièrement délicat. Et ce n’est pas tout… les artisans ont eu à cœur de soigner les semelles extérieures et intérieures.

À l’extérieur, la semelle est intégralement faite en caoutchouc tandis qu’à l’intérieur, le pied repose sur un cuir premier choix. Made in Italy, la San Diego low est l’une des meilleures baskets basses de la firme.

La J. Connors

Avez-vous remarqué à quel point les tennismen ont une allure sophistiquée ? Ce n’est pas uniquement à cause de leurs shorts et des teintes pastel de leurs vêtements. Les baskets qu’ils portent y sont aussi pour beaucoup.

Fabrizio, celui qui a impulsé un nouveau souffle aux sneakers Serafini, était mordu de tennis. Avec la J. Connors, les artisans Italiens reprennent des éléments de ce sport qui le faisait vibrer.

Doublée en chamois blanc, cette basket pour femmes est faite d’une peau de veau imprimé et d’une semelle extérieure EVA. Relativement basse, sa semelle n’est que haute que deux centimètres à l’avant et de quatre à l’arrière.

Pour les demoiselles plus “sauvages”, il existe une variante animalière de cette basket habillé femme : la S. J. Connors White animalier. À l’arrière, elle comprend une peau de veau sur laquelle a été imprimé un motif léopard. Grrr !

Partagez cet article